Bois Sauvage : la renaissance

C’est une nouvelle page du quartier du Bois Sauvage qui s’écrit. La place Camille Guérin poursuit sa métamorphose, engagée avec la réfection de sa partie Est, avec un bâtiment aux nouvelles façades claires et colorées. Le vieil et imposant immeuble qui lui fait face a été «grignoté», c’est-à-dire déconstruit progressivement par des engins de démolition. Objectif : ouvrir le quartier et le moderniser !

Place Camille Guérin : une nouvelle ère !

Porté par la Communauté d’Agglomération Grand Paris Sud, le projet de rénovation urbaine du Bois Sauvage a bénéficié d’un fonds de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU). L’intervention porte essentiellement sur le secteur Camille Guérin.

Soutenues par le bailleur Essonne Habitat, la Région Île-de-France et le Département de l’Essonne, de nombreuses opérations étaient au programme : démolitions de la copropriété du Pavois et de l’aile ouest de l’immeuble Camille Guérin, aménagement de la place Camille Guérin et du square.

La création de l’avenue Camille Guérin et le lancement de la construction, en juin 2016, des logements du programme Respir’ offriront un nouveau cadre de vie aux habitants. Deux cents nouveaux logements répartis sur quatre îlots à taille humaine vont sortir de terre et sont vendus en accession à la propriété. De nouveaux espaces publics, pris en charge par la Communauté d’Agglomération, achèveront de donner son identité au Bois sauvage.


Nouvelles rues, nouveaux commerces

Deux rues vont être créées, la place Camille Guérin et la rue Émile-Roux vont être réhabilitées et le square devant le bâtiment du Logement Francilien sera entièrement réaménagé. Du qualitatif encore et toujours avec des espaces verts, des enrobés en granulats et des bancs. Un commerce (dépôt de pain et petite épicerie) s’y installera ainsi qu’un Point information médiation multi-services (Pimms).

La voie de bus, déjà en site propre, le demeurera. La place Camille-Guérin sera totalement réaménagée. L’œuvre d’art déjà bien connue des riverains, la « Tête à Camille », d’Yvette Vincent-Alleaume sera replacée dans l’espace public.