Genopole, la spirale du succès

Implanté depuis 1998 à Évry, Genopole est le plus grand biocluster français dédié à la recherche en génomique. Objectifs, perspectives, axes de recherche…, evry.fr vous propose un tour d’horizon de ce centre scientifique qui pourrait bien rejoindre, un jour, la cour des plus grands pôles scientifiques au monde. 

86 entreprises, 19 laboratoires, 25 plates-formes technologiques et près de 2500 salariés ! Aujourd’hui Genopole n’a pas d’égal en France. Il est le premier biocluster dédié aux biothérapies, à la recherche en génétique et au développement des industries de biotechnologie. Sa recette : des entreprises innovantes, des laboratoires de pointe et surtout un ancrage au cœur d’un territoire taillé sur mesure.

« Formations, recherche et entreprises, Genopole réunit toutes les caractéristiques du triangle de la connaissance. Le territoire d’Évry nous o“ffre tout ce dont nous avons besoin ».

Jean-Marc Grognet, Directeur général – Genopole.

Le gêne de l’innovation !

Ynsect, la société qui transforme les insectes en protéines pour l’alimentation animale, Biostart, l’entreprise qui révolutionne le traitement des eaux usées à base de maïs, mais aussi Watchfrog et son invention révolutionnaire de larves fluorescentes qui détectent les perturbateurs endocriniens dans l’eau… Chaque année, Genopole accueille de nombreuses entreprises dans le domaine médical (80%) mais aussi dans le domaine de l’environnement et de l’écologie (20%). L’une d’elles a même fait parler d’elle dans les médias dernièrement : Yposkesi, créée par l’AFM-Téléthon et le fonds d’investissement SPI, qui deviendra bientôt leader européen de la production des médicaments de thérapie innovante.

 

À l’avant-garde de la médecine

« Nous sommes déjà de taille internationale, le tout est de le faire savoir », insiste Jean-Marc Grognet. D’ici à 2025, Genopole a pour objectif de compter parmi les leaders européens de la génobiomédecine et des bioindustries : plus de 30 laboratoires, 130 entreprises, près de 5000 employés.

« Nous souhaitons également une plus grande collaboration avec le Centre Hospitalier Sud-Francilien dans nos actions de recherche« , précise Jean-Marc Grognet. Pour appuyer cette dynamique et son rayonnement international, Genopole développe également des partenariats avec des pôles scientifiques en Amérique du Nord et en Asie. En attendant 2025, il continue de s’étendre à grande vitesse. Le long de la N7, un « pôle de vie » de 20 000 m2 voit le jour avec l’ouverture en septembre d’une crèche et d’une résidence jeunes actifs. Suivront des commerces et des services de proximité qui faciliteront la vie des salariés. Une petite Silicone Valley.