Reportage Véronique Billat - Triathlon, cyclisme, vélo, sport - 22/09/2016

À bout de souffle

Premiers jours de l’automne au parc des Coquibus à Évry. Sébastien, urgentiste et triathlète effectue une série de tests physiques sous l’œil expert de Véronique Billat. Depuis 2002, cette chercheuse et physiologiste du sport dirige l’Unité de biologie intégrative des adaptations à l’exercice, un laboratoire de l’Université d’Evry-Val d’Essonne. Le terrain et la science réunis, une recette gagnante ! Reportage.

 

Un test grandeur nature et sur-mesure ! Pour relever cette épreuve, il faut d’abord sérieusement s’équiper. Rendez-vous donc au sein du laboratoire de Véronique Billat, chercheuse en physiologie du sport à l’Université d’Évry Val d’Essonne. Cette ancienne sportive de haut-niveau met les résultats de ses recherches en pratique grâce à des tests de performances en plein air, proposés par son entreprise « Billat Training ». Claire, assistante de la chercheuse s’applique en installant minutieusement une série de capteurs sur le corps de Sébastien, notre « sportif-cobaye » du jour.

« Nous plaçons des électrodes de surface sur son torse et sur son dos pour mesurer sa fréquence cardiaque, un autre appareil couplé au masque permet de mesurer les échanges gazeux. Toutes les données récoltées seront ensuite analysées par deux ordinateurs. »

Claire, assistante de Véronique Billat

La préparation est un peu longue, la journée de tests sera dure mais à 34 ans, Sébastien, médecin urgentiste et triathlète depuis quelques années, sait que ces efforts de la journée vont lui permettre de mieux se comprendre et de progresser dans son sport.

« Véronique Billat a une approche sportive et scientifique originale qui a permis de faire beaucoup de découvertes. Certains sportifs ne le savent peut être pas, mais plusieurs de leurs techniques d’entraînement viennent d’elle. »

Sébastien, médecin urgentiste et triathlète

Après la préparation, place à l’effort. Direction la forêt de Sénart pour une séance à vélo, loin de la promenade de santé. Effort facile, sprint, effort moyen, difficile, très difficile… Véronique Billat détaille le test RABIT « Running Advisor BillaTraining » que Sébastien s’apprête à effectuer.

Masque sur le visage et capteurs branchés, l’équipement de Sébastien intrigue les autres cyclistes qui roulent en forêt. Une demi-heure plus tard, retour au laboratoire. Un simple changement de chaussures et Sébastien se lance dans la deuxième phase du test. Une séance de course à pied de 10 kilomètres dans le parc des Coquibus. Il est 16h, le test s’achève. Sébastien peut enfin enlever ses appareils et son masque qu’il n’a pas quitté de la journée. Place à l’analyse des données sur deux ordinateurs avec Véronique Billat.

« Nous analysons toutes les courbes, toutes les valeurs physiologiques. Quelques jours plus tard on transmet au sportif un programme d’entraînement sur-mesure. Ensuite, nous pouvons continuer à le suivre et à l’entraîner à distance. »

Véronique Billat, chercheuse et physiologiste du sport

 

Quatre questions à Véronique Billat :

Ancienne sportive de haut-niveau vous avez ensuite dédié toute votre vie à la recherche. Expliquez-nous ?

J’ai passé toute ma jeunesse dans les montagnes aux alentours de Grenoble. C’est à ce moment-là que j’ai pris goût au sport. Été comme hiver, je descendais à vélo à Grenoble. Adolescente, j’ai continué le sport et j’ai été rapidement repérée par mon professeur d’éducation physique et sportive qui m’a orientée vers le cross-country et le ski de fond. J’ai été vice-championne de France de cross en 1981 et numéro 8 française en ski de fond. Mais je m’entraînais trop et j’ai enchaîné les blessures. À 22 ans j’ai tout arrêté. Je me suis consacrée à mes études dans le sport pour comprendre comment bien s’entraîner. J’ai obtenu un brevet d’éducateur sportif, un master, une thèse. J’ai réussi à démontrer que l’on pouvait s’entraîner de manière minimaliste, avoir une vie familiale et professionnelle tout en conservant de bonnes performances sportives.

Pourquoi avoir créé ce laboratoire à Évry ?

J’ai créé cette unité car je considérais que l’on pouvait aller encore plus loin dans la connaissance scientifique des effets de l’entraînement sur le sportif en y apportant une approche pluridisciplinaire. Au quotidien, des chercheurs spécialisés en biologie moléculaire ou en physique-chimie m’accompagnent. Il faut croiser les sciences et le terrain. C’est ce que je fais avec les athlètes que j’accompagne. En France, nous manquons cruellement d’entraîneurs qui intègrent la physiologie à leur pratique. En Grande-Bretagne, chaque discipline sportive a un laboratoire de physiologie. Il ne faut pas s’étonner de leur nombre de médailles aux Jeux Olympiques.

La signature de vitesse, c’est le concept d’entraînement que vous appliquez à vos athlètes ? En quoi consiste-t-il ?

C’est inutile de vouloir constamment s’entraîner à vitesse constante. Il faut s’écouter et travailler cette aptitude dont dispose le corps de pouvoir constamment réguler sa vitesse. L’explication est simple, lorsque le coureur peut moduler son allure, il se ménage des plages naturelles de récupération. Lorsque l’allure est imposée, il ne peut jamais récupérer. C’est dans cette perspective que nous testons les athlètes en course à pied et à vélo notamment. A la suite de ces tests, nous dressons pour chacun d’entre-eux un profil sportif et un entraînement personnalisé qui applique ce concept.

Quels sont vos projets sportifs dans les prochaines années ?

J’aime le sport et la compétition mais je me bats aussi pour que l’on intègre le sport bien-être à nos modes de vie. Récemment j’ai développé une application mobile, Billat Training City. Marche, course à pied, vélo, trottinette, selon sa forme du jour chacun pourra se déplacer d’un point A à un point B en utilisant cette application pour se dépenser et prendre du plaisir. Je l’ai présentée en juin dernier à Stéphane Baudet, Vice-Président des transports en Île-de-France. J’ai besoin de 50.000 euros pour terminer son développement et je souhaiterais qu’elle sorte en septembre 2017 pour la rentrée à Évry.

Plus d’informations sur Billatraining

 

  • Reportage Véronique Billat - Triathlon, cyclisme, vélo, sport - 22/09/2016

    Préparation du test vélo

  • Reportage Véronique Billat - Triathlon, cyclisme, vélo, sport - 22/09/2016

    Sébastien équipé aux côtés de Véronique Billat

  • Reportage Véronique Billat - Triathlon, cyclisme, vélo, sport - 22/09/2016

    Vélo dans la forêt de Sénart

  • Reportage Véronique Billat - Triathlon, cyclisme, vélo, sport - 22/09/2016

    Retour au laboratoire

  • Reportage Véronique Billat - Triathlon, cyclisme, vélo, sport - 22/09/2016

    Course à pied au parc des Coquibus

  • Reportage Véronique Billat - Triathlon, cyclisme, vélo, sport - 22/09/2016

    Analyse de la foulée de Sébastien