Reportage : le sport sur ordonnance !

Terminés l’aspirine et autres antidouleurs ! À Évry, le sport a désormais sa place sur les ordonnances. Depuis six mois, les médecins du Centre de santé des Épinettes traitent les maux et la souffrance de 25 patients par l’activité physique. Un combat contre la sédentarité. Reportage !

Le sourire aux lèvres, plus motivées que jamais ! Ce jeudi soir devant l’entrée du gymnase du stade des Loges, une quinzaine de femmes se sont regroupées pour leur séance de sport hebdomadaire.

Au programme, de la zumba et de la boxe. Un peu plus d’une heure de sou—rance. Un mal pour un bien. « Après cette séance, on se sent en pleine forme et on dort comme des bébés ! »lance Édith, septuagénaire, touchée par de graves problèmes de hanche. Comme elle, Faouzia, Françoise, Anne-Marie et les autres se sont vu prescrire il y a six mois du sport sur ordonnance et ont rejoint Acti’Santé, un dispositif sur-mesure et gratuit de traitement des pathologies physiques par le sport, mis en place par la Ville d’Évry. Dragan, le coach, mène la danse et montre les bons gestes. « C’est une séance avant tout ludique. L’objectif, c’est que les personnes retrouvent de la mobilité et se réconcilient avec l’activité physique », explique-t-il.

 

Second souffle  

Des dizaines de séances de kinésithérapie pour un genou très abîmé, un arrêt de travail de longue durée puis une reprise du travail en mi-temps thérapeutique. Tramata, 57 ans, caissière, a vécu un enfer pendant plus de deux ans. Aujourd’hui, elle a retrouvé une vie quasi normale.

« Je peux marcher sans douleurs, j’ai plus de souŒffle, je pratique même la marche en dehors des séances en groupe, c’est génial !» insiste-t-elle, avec un grand sourire.

Tramata, 57 ans.

« Certaines personnes ne pouvaient plus monter des marches, attacher leurs lacets  ou simplement lever une jambe, les progrès sont impressionnants », constate Dragan. Derrière lui, le groupe a enfilé les gants pour faire travailler les bras et les réflexes. La boxe comme une métaphore, celle d’un combat contre la sédentarité et la maladie.

Nouvelle vie

« Elles sont devenues des amies, elles se rejoignent et marchent ensemble. La solidarité et le partage, c’est aussi cela Acti’Santé », ajoute le coach qui communique quotidiennement avec son groupe sur WhatsApp. Au Centre municipal de santé d’Évry, les membres du dispositif Acti’Santé bénéficient également d’un accompagnement médical et psychologique.

« Nous avons fixé des objectifs physiques à nos patients, comme la perte de poids et la reprise de la marche. La réduction des médicaments et surtout la rupture de l’isolement social sont également très importants ». 

Claire Sabatier, médecin au Centre municipal de santé.

Dans son cabinet, Françoise, 55 ans, vient passer une visite qui servira de bilan à mi-parcours du dispositif.                 « Je suis passée de la sédentarité et la dépendance à l’autonomie totale en quelques mois. J’ai repris confiance et je cherche de nouveau un emploi. C’est une révolution », raconte-t-elle fièrement.

Un bilan très positif que la Ville d’Évry compte bien mettre en avant pour généraliser le dispositif sur tout le territoire. « Il nous reste à solliciter les partenaires santé de la Ville, ministères de la Santé et de la Jeunesse et des Sports et l’Assurance maladie, pour voir comment l’on peut financer tout cela », précise Pascale Échard Bézault, en charge de la Direction de la santé publique intercommunale .

« Les médecins généralistes ne peuvent pas tout faire. Il faut les accompagner pour qu’ils sachent dans quelle direction orienter les patients ».

Danielle Valéro, Première adjointe au Maire d’Évry, en charge des questions de santé.

 

Témoignage d’une patiente

 

Retrouvez notre dossier complet « Évry et Courcouronnes mobilisées pour la santé », dans notre magazine N°118 en cliquant ICI